Le plus long millénaire

On est en 2009 et le Meteor Tour vient de commencer. L’album tient son univers et la tournée confirmera l’imagerie particulièrement soignée de cet album, bien que le clip de Little Dolls en disait déjà long. Parmi les vidéos diffusées en live, celle du Lac, en noir et blanc, alternant entre les images d’archives de guerre et un Sirkis sapé en fantassin s’enfonçant le regard vide au fond d’un lac. Entre les sirènes rugissant le sinistre requiem de la guerre, les avions fumant et les explosions qui arrachent indifféremment des vies, le silence d’un paisible lac est comme la promesse de la fin de l’enfer.

03-Cliplelac5.jpg

Le lac est une chanson formidable. En fait, c’est l’une de mes préférées, parmi celles qui m’ont grandement affecté quand j’ai découvert Indochine. Sa vision romantique dans un monde noir rappelle bien sûr Alice et June, mais il humanise surtout une époque qui restera définitivement trouble pour les jeunes générations que nous sommes. C’est là tout le bienfait de cet album/tournée. Et Le Lac en est un porte-étendard brillant, tant romantique qu’historique, tant terrible que résigné. C’est l’amour, constante imperturbable dans les flots impétueux de l’histoire signée par le sang. A l’imagerie réussie s’ajoute d’ailleurs un clip parfaitement en phase avec l’univers mis en place. Signé Patrick Boivin, il imagine le scénario d’un couple de personnes âgées très galamment vêtus arrivant au bord d’un plan d’eau, décidés à sceller le lien sacré pour l’éternité au fond du lac où ils se mettent à danser, équipés d’un scaphandre dont l’air finit par arriver à court. Un suicide magistralement mis en scène, où l’harmonie rejoint l’absurde, s’il existe plus absurde que la guerre.

L’air du refrain y est lancinant, porté à l’unisson, comme un cri désespéré. « Allez, saute », « comme des héros », chante Nicola, dans une injonction qui n’en est pas une car le message est évident. Et les couplets, romantiques, nous invitent à la mort dans une même douceur. Les opposés ne se sont jamais si bien mariés. Même les couleurs s’opposent, le noir et le blanc, qui ne sont plus que deux.

Le Lac sort en single dans le commerce le 20 novembre 2009, dans un boîtier plastique noir accompagné d’un feuillé affichant les « boys » posant sous le fameux zeppelin. Ce disque offre deux remixes, dont celui d’Oli qui suscite l’admiration. Le message du Lac est transfiguré dans cette version de dix minutes, avec son air enveloppant enrichi de nouvelles lignes mélodiques. Celle de Gilles Martin amuse par les voix radiophoniques éraillées de l’époque.

C’est hélas le seul single de La République à bénéficier d’autant de soins, les autres (Little Dolls, Play Boy, Un Ange à ma Table et Le Dernier Jour) ne sortant que via des singles promotionnels. Le lac a d’ailleurs eu le sien, sorti trois mois avant le Maxi CD.

03-le-lac-comparatif
Single commercial et promotionnel