Génération Paradoxe

Le succès du Birthday Tour pousse Indo a démarrer un nouvel album, soutenu par la maison de disques qui resigne pour trois nouveaux volets. Mais la période 1993 n’est pas propice au rock, loin de là ! La musique urbaine (rap et électro) s’étend partout et Nirvana, représentant punk/grunge de l’époque, arrive sur la fin de sa courte carrière. Seul Noir Désir semble être en état de grâce, avec le succès de Tostaky. La situation d’Indo demeure également difficile tandis que le tandem Nicola-Dominique se déchire dans les désaccords et Stéphane qui voit sa santé se dégrader, et tout ceci sans oublier le processus de ringardisation que font subir les médias au groupe après les avoir encensés dans les années 80.

28-Promo
Dernier tour de danse pour le trio

Dans ce contexte chaotique, l’album paru fin 1993 s’avère pourtant être une véritable réussite artistique ! On ne sait pas si Dominik savait lui-même qu’Un Jour dans notre Vie serait son dernier album avec Indo, mais il y a mis toutes ses tripes ! Le son est plus agressif, plus rock, marquant une nette différence avec Le Baiser où l’on passe d’une production eighties encore un peu froide à l’avènement d’un son plus chaleureux et enveloppant, et ce n’est pas l’impulsif Savoure le Rouge, tête de proue de l’album, qui le démentira. Chanson extraordinaire à tout point de vue qui a su tirer parti des dernières technologiques en matière de musique à l’orée des années 2000. Nicola dira plus tard regretter le résultat final, préférant les maquettes. Alors l’album déjà très abouti pouvait-il être encore meilleur ? Cela n’aurait probablement rien changé aux ventes de l’album, qui ne rencontre pas le succès de ses prédécesseurs.

Les chansons sont trop avant-gardistes, peut-être. Trop jeunes pour un monde trop vieux, dixit Nico, et cela définit bien l’album, trop bon pour une époque qui s’appauvrit culturellement. Alors que les chansons pourraient être d’aujourd’hui, contrairement à bien des succès de l’époque, objectivement démodés. Le second single à sortir par exemple, Un Jour dans notre Vie, a l’apparence d’un tube bien dans ses bottes mais pas dans son époque. Ce qui donne encore plus de sens à cette chanson finalement, poussée comme le cri de guerre d’une génération dans un monde qui perd la raison. Nicola signe d’ailleurs une belle représentation de l’adolescence en quête de sens avec Sur les Toits du Monde, au texte qui se ressent plus qu’il ne s’explique. Et à défaut d’explication, son entourage ne comprend pas, obligeant Nicola a devoir imposer son travail. D’autres sujets sont abordés dans cet album, mais c’est toujours par l’image que les textes fonctionnent et ce principe deviendra prédominant dans les albums à venir. Ce qui conduit à constater que cet album est bien une étape-charnière entre la génération Dom, dont le départ concorde avec le renouveau mis en place, et celle qui démarrera avec Wax et atteindra sa plénitude avec Paradize. D’où le relatif manque d’identité d’Un Jour dans notre Vie, car le nouvel Indo se cherche encore. Un album coincé entre deux grands actes, dont le premier a été définitivement clos par le dernier single en date, La Guerre est Finie, et où le deuxième est clairement annoncé. Notons par ailleurs qu’il s’agit du premier album où Marc Eliard, le bassiste historique du groupe toujours en place, participe à l’enregistrement.

Prises au cas par cas, les chansons sont d’excellentes factures, tant sur la musique que sur les textes. Bienvenue chez les Nus est une réminiscence de la venue du groupe au Pérou en 1988, avec un texte en semi-espagnol et des samples de discours des dictateurs locaux. La Main sur Vous, Some Days et Candy prend son Fusil sont de super titres pop sur des thèmes modernes, comme Candy ou l’image de la petite fille terroriste qui veut tirer sur la foule perverse. Anne et Moi est une ballade gothique très intime lové dans les notes longues d’un violoncelle. Vietnam Glam dénonce l’ascendant des pays occidentaux sur leur ex-colonies, exemple ici du Vietnam ravagé par le business après l’avoir été par la guerre, le tout sur une musique puissante et envoûtante. Enfin, mon petit préféré, Ultra S. La musique de Dominique y est sensationnelle, d’une virtuosité sans pareille avec ce piano accrocheur qui sublime toute la chanson et ce rythme ensorcelant. C’est une preuve tangible de l’investissement de Dominique dans cet album dont l’art semble être arrivé à son aboutissement. Avec une telle signature pour l’arrêt de ses offices, il peut sortir la tête haute, et être fier d’avoir terminé l’Indochine 1.0 comme il l’avait commencé il y a douze ans : avec beaucoup de talent.

28-Singles
Les singles d’Un Jour dans notre Vie

Un Jour dans notre Vie sort le 22 novembre 1993 en CD et K7. Pas de particularité à signaler, si ce n’est de légères différences d’édition pour la distribution au Québec. Comme pour Wax, il faudra attendre 2015 pour que l’album sorte en vinyle puis 2017 pour le CD digisleeve. La différence est évidemment moins perceptible que sur un album à la production originellement souffrante comme Wax, mais la dernière œuvre de Dominik profite tout de même légèrement d’un gain de puissance dans cette nouvelle édition. En même temps le son original était déjà exceptionnel pour un album datant de 1993 !

28-Supports
Supports vinyle, CD et K7